Contexte territorial

Contexte Territorial de la Région  Souss-Massa

   S’étendant sur une superficie de 53 789 km², soit 7,6 % du territoire national, la région Souss Massa est formée de 2 préfectures : Agadir Ida Outanane et Inezgane Ait Melloul et de 4 provinces : Chtouka Ait Baha, Tiznit, Taroudannt et Tata. 

La région occupe une bande au milieu du royaume allant de l’Océan Atlantique aux frontières avec l’Algérie à l’Est. C’est une jonction entre le Nord et le Sud du pays et joue de ce fait un rôle stratégique aux niveaux économique et socioculturel. 

 Elle est limitée au Nord par la région de Marrakech-Safi, au Sud par la région de Guelmim-Oued Noun, à l’Est par la région de Drâa-Tafilelt et l’Algérie, à l’Ouest par l’Océan Atlantique. 

La région de « Souss-Massa » est un milieu à la fois atlantique et continental. C’est aussi un espace polarisé par une multitude de villes, mais dont le pôle majeur est Agadir, ville de plus d’un demi-million d’habitants (Le Grand Agadir). Le Souss-Massa se présente sous forme d’un large bassin encadré par des unités topographiques bien identifiées, constituées de plaines (Souss, Chtouka-Massa) et de montagnes (Haut Atlas au Nord et Anti Atlas au Sud et à l’Est). La ville d’Agadir et ses environs ont connu à l’époque moderne un essor économique (tourisme, pêche, industrie agro-alimentaire, etc.) tel qu’elle exerce aujourd’hui une forte influence sur un espace débordant les limites mêmes du Souss-Massa. Agadir, capitale du Sud, rayonne par son influence jusqu’aux marges de Guelmim et même au-delà, en direction de Tan-Tan ; en même temps, elle est devenue une zone d’ouverture vers le Maroc septentrional et, inversement, la porte de liaison avec les provinces du Sud.

Cette région marquée par la diversité de ses ressources humaines, naturelles et économiques, a connu un important développement économique et social ces dernières années. La région réalise près de 6,4% du PIB national (en 2013), se positionnant ainsi la septième performance économique du Royaume. Elle dispose de potentialités économiques importantes, notamment dans le secteur tertiaire qui crée plus de 56% de la richesse.